Section locale du PS: du pain sur la planche (et pas de miettes aux pigeons)

La vie des sections est une des conditions du renforcement du PS notamment pour faire en sorte que les engagements moraux pris devant les citoyens, quelles que soient les échéances, puissent être tenus. C’est l’idée que je me fais d’un parti attentif, exigeant et fiable sur ses engagements.
C’est notamment pour cette raison que, au sein de « Maintenant la Gauche » nous travaillons.
Localement, cela se traduit aussi, par une cohérence. Celle de proposer cette ligne de conduite au sein de ma propre section. D’où cette profession de foi en vue de l’élection du secrétaire de section.

Bonne lecture.

 

Cher-es camarades,

La motion 3, « Maintenant la Gauche » a obtenu environ 12% en Gironde.
Son premier signataire, Emmanuel Maurel, a dans la foulée, réuni près de 30% des suffrages sur sa candidature au poste de 1er Secrétaire National de notre Parti. Cette dynamique n’est pas seulement -nous en sommes conscients- sur la seule ligne politique, mais aussi sur l’alternative qu’a su incarner Emmanuel Maurel à un vote que l’on nous disait joué d’avance.

A Saint-Jean-d’Illac, la motion 3 a obtenu 35%.
A l’échelon de la Fédération la motion « Maintenant la Gauche » a souhaité proposer un débouché politique par la candidature de Christine Tabouret au poste de Premier Fédéral. Dans la tradition politique du fonctionnement de notre parti, il était donc logique que le résultat sur Saint-Jean-d’Illac se traduise par une candidature au secrétariat de section.

D’où ma candidature.

Au-delà de cette position – formelle –, ma candidature s’appuie sur plusieurs propositions opérationnelles pour une véritable vie de section :

Notre section doit être vivante :

La vie d’une section, lorsque nous sommes aux responsabilités, présente la même difficulté que la place du Parti lorsque nous sommes au gouvernement. De la même manière que nous avons défendu que le Parti ne devait pas être suiviste par rapport au gouvernement mais bien force de proposition, constructif dans la critique et novateur dans ses démarches, je pense que la section ne peut se limiter à un rôle de commentateur des actions de l’équipe municipale. Par ailleurs, la ligne politique que nous défendons, revendique le non cumul de mandats et des fonctions. C’est pourquoi je propose :

  • que le secrétaire de section ne soit pas un(e) élu(e)
  • et que pour se mettre en conformité avec cela, j’organiserai la transmission vers un-e nouveau(lle) secrétaire de section qui sera « simple » militant-e.

Ainsi cette position de secrétaire de section deviendra un véritable endroit de construction de l’exercice des responsabilités, déconnecté du fonctionnement municipal, éventuellement préparatoire à l’exercice de responsabilités au sein de l’équipe municipale.

Notre section doit pouvoir fonctionner dans le cadre du PS :

A ce titre, je propose que notre section se conforme aux statuts du Parti Socialiste, en s’assurant de la création d’un groupe socialiste au sein de l’équipe municipale qui peut alors inviter le(la) secrétaire de section à participer aux réunions de groupe. (Article 9.9 des Statuts du PS)

Notre section doit être attirante :

Pour cela deux points me semblent indispensables :

  • Rendre à nouveau possible l’expression de tous et de toutes, sans que cela ne génère des crispations qui détournent les nouveaux militants, comme les anciens : plusieurs militant-e-s ont cessé de venir sur ce fait précis. Il convient donc que cet espace redevienne un endroit de libre expression sans attaque sur les personnes. Bref un espace de camaraderie.
  • Entreprendre des actions qui donne envie aux citoyens de devenir des militants : nous devons collectivement reconnaître l’échec sur ce point. Même si de nouveaux(lles) militant(e)s nous ont rejoints, il nous faut amplifier ce recrutement. Sans quoi, nous garderons certes la « maitrise » des troupes, mais nous ne créerons pas la dynamique qui devra nous permettre en 2014, dans un contexte dont nous savons qu’il sera très compliqué, la reconduite d’une majorité de gauche sur Saint-Jean-d’Illac. Je pense notamment que la question des jeunes doit être abordée.

A cet effet, je propose :

  • que nous facilitions l’accès des jeunes et des personnes à faibles revenus, en allégeant les coûts de cotisation. Je propose de le faire par la simple application des statuts du PS qui prévoit une cotisation complémentaire des élus percevant une indemnité au titre de leurs mandats (Article 9.10). Ainsi nous pourrons « alléger » les cotisations des plus « fragiles ».
  • que nous facilitions l’accès des sympathisants à la section : nous avons pu voir lors des primaires que le périmètre des personnes qui pourraient entrer dans les valeurs de notre parti dépasse largement celui des adhérents aux PS. Je propose donc, que soit utilisée une partie des sommes disponibles dans les comptes de notre section, et qui de fait ne sert à rien, à l’organisation d’un banquet républicain des forces de gauche sur le territoire et au-delà.

Notre section doit s’ouvrir sur l’extérieur :

Notre commune s’implique dans un projet d’intercommunalité. Une fois de plus, la vie militante devrait être à l’avant- garde de cette dynamique et non en retrait ! Comment faire partager une « communauté de destins » entre nos 3 communes lorsqu’en tant que camarades nous ne sommes pas en capacité de démontrer, par nos pratiques, notre désir de fonctionner ensemble !
C’est pourquoi je propose qu’une réunion de section par trimestre soit intercommunale. Ainsi, la dynamique militante permettra d’entraîner avec elle, tous les citoyens de nos communes.

Une des fonctions de l’adhésion à un parti, c’est son rôle d’éducation populaire. Il convient, pour s’ouvrir aux autres, de renforcer la formation des militant-e-s.
Ainsi on les prépare à défendre sur le terrain les actions mises en œuvre tant au niveau national que local. Mais on les prépare ainsi également à venir progressivement exercer les responsabilités tant dans le fonctionnement du Parti que dans le pilotage d’une collectivité. C’est une garantie du renouvellement de nos responsables et donc une des conditions du renouvellement réel des mandats.

C’est pourquoi nous devons :

  • renforcer les actions de formation, notamment en invitant des intervenants dans notre section (quitte à co-organiser avec d’autres sections)
  • Les renforcer également par l’organisation de débats publics.
  • Faire notre maximum pour positionner celles et ceux qui veulent exercer des responsabilités dans les instances. Pour cela nous devons être présents dans ces instances et la section doit désormais être visible sur notre territoire. C’est à cet effet que nous pouvons nous réjouir que notre motion ait pu positionner une personne sans aucun mandat dans les instances fédérales et que nous devons comprendre que le bénéfice n’est pas pour une motion mais pour toute la section.
  • De la même manière, nous devons nous réjouir et nous appuyer sur celles et ceux d’entre nous qui sont positionnés dans des responsabilités. Pour être plus clair, mon positionnement au sein des instances fédérales, ainsi que ma désignation au Conseil National du PS doivent être vécus comme une reconnaissance et une force pour la section de Saint-Jean-d’Illac et non pas nourrir des postures de concurrence qui seraient totalement stériles.

Cher-e-s camarades, vous savez qui je suis, moins ce que je fais. Donc très simplement :

  • A titre professionnel : je suis directeur d’un Centre de Ressource Régional sur les questions numériques. A ce titre j’exerce également plusieurs responsabilités et représentations : Vice-président de la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire, Vice-président du Conseil de Développement Durable de la CUB, Membre du Conseil Economique, Social et Environnemental de la Région Aquitaine (CESER Aquitaine)
  • A titre militant, je suis membre du Conseil Fédéral et du Bureau Fédéral de la Fédération de la Gironde, je suis membre du Conseil National du PS, co-responsable départemental du courant « Maintenant la Gauche ». Je suis sur une ligne qui représente l’aile gauche du PS, et je défends la coopération avec les autres partis de gauche notamment pour la réussite des engagements pris par François Hollande lors de la campagne présidentielle.
  • A titre personnel : heureux patriarche d’une tribu de trois charmants loustics et tout aussi compagnon d’une charmante gauchiste basquo-landaise…

Par ma candidature, je vous propose de fédérer une nouvelle dynamique. Sans clivage.
Pour une section entreprenante et apaisée.

 

Amitiés socialistes.
Gérald Elbaze /

 

Nb/ explication du titre à trouver ici : http://defensepigeons.org/

2 commentaires


  1. Bonsoir,

    Je retiens les phrases suivantes :

    « Notre section doit pouvoir fonctionner dans le cadre du PS : A ce titre, je propose que notre section se conforme aux statuts du Parti Socialiste, en s’assurant de la création d’un groupe socialiste au sein de l’équipe municipale.

    … « 2014 : un contexte dont nous savons qu’il sera très compliqué pour la reconduite d’une majorité de gauche sur Saint-Jean-d’Illac ».

    Voilà un double aveu de « gestion idéologique » des dossiers municipaux.

    Donc ensemble, nous rappellerons au Maire « socialiste » de SJI de ne pas oublier de faire figurer le logo du PS sur ses documents de campagne, sur les conseils de l’un des conseillers municipaux de sa majorité ; une majorité qui semble en voie de disparition des écrans radars de la commune en mars 2014 (votre 2° aveu).


  2. Cher Fabrice,
    Je salue une fois de plus la qualité de vos lectures.
    Je pense par contre que ces lectures sont datées… commenter un article datant du mois de novembre 2012, soit 1 an et 1 mois après son écriture, montre une bien belle capacité de suivi de l’actualité politique et citoyenne de son territoire… Inquiétant pour la suite des choses.
    Néanmoins je vous dois des excuses… suite à un petit souci de maintenance de ce site personnel, pas mal d’articles récents n’apparaissent pas (mais ils seront prochainement remis en ligne).
    Je suis ainsi désolé que dans votre quête et vos recherches pour trouver quelque chose à reprocher, vous vous soyez heurté… à ne pas trouver grand chose. Bref.

    Mais qui plus est… vous n’avez rien compris à l’article 😉
    Je m’en vais vous l’expliquer (enfin modestement essayer…).
    Et dans le même temps tenter de répondre à votre commentaire.

    1- De quoi parle cet article ?
    Ce billet parle de notre vie de section. La section est la vie locale d’un parti politique. Elle est le lieu d’échanges et de débats politiques. Elle est ouverte et la disponibilité de cet écrit en témoigne. Elle a une vie démocratique et les débats qui la traverse témoigne de cette vie démocratique.
    Imaginons: c’est comme si avant de prendre une position au sein du Conseil Municipal vous aviez réuni vos ex-colistiers qui vous ont permis de siéger à ce conseil municipal, pour échanger et débattre de cette prise de position. Je sais, cela demande un gros effort d’imagination…

    Cette vie de section est liée à des statuts du Parti. Et c’est cela qui est évoqué dans ce billet.

    2- Un aveu suppose une faute:
    De quelle faute parlez-vous ? De quoi parlez-vous lorsque vous évoquez la « gestion idéologique » des dossiers municipaux ?
    On peut avoir des valeurs politiques et être capable de toujours mettre l’intérêt général au coeur de chacune de ses décisions.

    3- La notion de valeurs politiques:
    Cher Fabrice, je sais que ce que j’évoque n’est pas chose simple pour vous: les valeurs politiques pour bon nombre d’élus, de militants et de citoyens, ce ne sont pas des variables d’ajustement. Ce ne sont pas des choses que l’on renie au gré des échéances électorales. Un temps associé au PS, un temps associé au Vert, un temps associé à la droite, le tout étant d’être servi… Et oui cher Fabrice, à droite comme à gauche, il est des gens, qui toute leur vie se battent pour des valeurs. Cela ne les empêche pas d’être capable d’avoir une approche non partisane.

    4- Le contexte 2014:
    Naturellement il est compliqué.
    Pourquoi ? Parce que nous ne considérons jamais comme étant « propriétaire » d’un mandat, mais juste responsable très provisoire de la bonne conduite des affaires publiques. Et donc nous rentrons avec humilité dans cette séquence.
    Par ailleurs, oui, ce contexte est compliqué. Car des réformes ambitieuses au niveau national ont été entreprises, notamment pour répondre aux ravages de la gestion de l’ère Sarkozy. Et souvent elles peuvent susciter des débats qui impactent les scrutins… nous ne vivons pas hors-sol.

    5- La primauté du maire:
    Un peu de sémantique mon cher Fabrice.
    Un militant milite. Un conseiller conseille. Un maire décide.
    A ma place de militant, dans l’espace de la section, je défends des positions.
    A ma place de conseiller, je participe à conseiller, à multiplier les points de vues, pour que collectivement les meilleures choses puissent être imaginées.
    Et le maire décide.
    Et comme il décide d’une manière non partisane, sachez qu’à ce jour, il n’existe pas de groupe socialiste au sein de la majorité municipale.
    C’est vous dire si vos préjugés « d’esprit partisan » tombent à plat.

    Faire la part des choses et ne pas confondre les rôles… voilà un point pourtant simple à comprendre!
    Voyons… C’est comme si un conseiller municipal, par ailleurs impliqué professionnellement dans les mécanismes de restructuration d’un groupe industriel, venait à utiliser le conseil municipal comme tribune de ce qu’il met en oeuvre en tant que professionnel… vous imaginez le mélange des genres ??? non !! impensable.
    Vous voyez c’est exactement cela « faire la part des choses »…

    Sans rancune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *