La culture est un combat et c’est le nôtre.


Notice: compact(): Undefined variable: post_id in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: order in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: meta_key in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: featured in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: attachment in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: scan in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: scan_raw in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: callback in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: default in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: split_content in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: size in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: srcset_sizes in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: link in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: link_class in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: image_class in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: width in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: height in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: before in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: after in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: min_width in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: min_height in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: caption in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: meta_key_save in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: thumbnail_id_save in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: cache in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: format in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: echo in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: custom_key in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: default_size in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: the_post_thumbnail in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: image_scan in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: default_image in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: order_of_image in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297

Notice: compact(): Undefined variable: link_to_post in /var/www/wp-content/themes/envince-pro/library/ext/get-the-image.php on line 297
La culture est un combat et c’est le nôtre.

Un congrès c’est aussi le moment de défendre plusieurs enjeux thématiques. Donc celui de la culture.
Voici la contribution thématique, initiée par Frédéric Hocquard, que j’ai le plaisir de co-signer avec plusieurs camarades.
Merci de vos remarques et de vos avis.


ob_06cd7f_blog-bg-imageo2tijscultureBaisse du budget, censure, marchandisation, précarisation des artistes, abandon d’ambition culturelle gouvernementale…La culture a besoin d’être soutenue. Nos propositions pour garder une dimension subversive à la culture et un role social à l’Art.

Renouer, reprendre langue, refonder… Ces mots n’ont cessé de revenir ces dernières décennies quant aux politiques culturelles en France. Nous avions nous-mêmes porté cette ambition haut et fort pour maintenir l’investissement dans la culture et dans le débat public avant l’élection présidentielle, ambition que le candidat Hollande endossa lui-même en janvier 2012 : « La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend plus indispensable. La culture, ce n’est pas un luxe dont, en période de disette, il faudrait se débarrasser. La culture c’est l’avenir, c’est le redressement, c’est l’instrument de l’émancipation et le moyen de faire une société pour tous. »

Au-delà des mots et des discours officiels, trois ans après le début du quinquennat, malgré des tentatives initiées par la Ministre de la Culture, ces promesses n’ont pas été tenues faute d’arbitrages budgétaires perdus et d’une mauvaise réforme de l’intermittence. La vie culturelle en France recule si vite, en laissant tant de projets et de territoires étouffer, quand ils ne meurent pas, que cela devient petit à petit irréparable.
Ce fossé traverse la société, la culture n’en est pas en soi la cause exclusive pourtant elle y participe. Alors que la fraternité réapparaît au grand jour des valeurs à réaffirmer, les pratiques culturelles sont devenues plus clivantes et sans doute plus discriminantes qu’elles ne l’étaient auparavant suivant les catégories sociales, professionnelles, suivant là où nous vivons et l’âge que nous avons. Sans doute que le gouvernement n’a pas pris la mesure du fossé qui s’est creusé depuis des années, il n’a assurément pas pris la mesure de l’ambition qui animait le socialisme.
A cela s’est ajouté la tentative de réduire la culture au silence dans des pays dits démocratiques, jusqu’en Europe, de la Russie à la Hongrie, où l’on attaque directement ou indirectement la presse, les intellectuels puis les lieux d’art et de culture. En France c’est la pression régulière de groupes intégristes qui veulent interdire la tenue de spectacles. C’est aussi des dessinateurs et des caricaturistes qu’on assassine…
La censure doit être une préoccupation de tous les temps et le nôtre y est confronté. Nous savons ainsi que lorsque le FN prend la tête d’une collectivité, ses premiers combats sont culturels allant des suppressions de subventions aux associations, aux livres et journaux interdits ou imposés dans les bibliothèques en passant par les rues débaptisées ou la volonté de fermer des théâtres. Et cette tentation gagne la droite qui sous la pression du Printemps français demande à retirer des livres pour enfants des bibliothèques, des films ou des spectacles qui dérangent leur vision archaïque de la société ou même interdire des festivals de musique métal…
Plus insidieusement, on voit aussi depuis les élections municipales, des politiques s’ingérer dans les programmations et au nom du « populaire » mettre en péril toute ambition créatrice, novatrice, émancipatrice… La gauche doit donc rappeler avec force que le rôle du politique est de soutenir les créateurs sans les soumettre à sa dictée, de faciliter les rencontres des citoyens avec les œuvres et les pratiques culturelles sans vouloir les contrôler, de favoriser la découverte d’univers inconnus sans craindre l’altérité, la diversité et la nouveauté.
Et bien sûr il faut « tenir bon » ! Tenir bon face aux stratégies de la peur, tenir bon face aux populismes, tenir bon et donc ne pas s’autocensurer !

Ainsi, dans cette nouvelle période la question de la liberté de la création est de nouveau posée car ces censures ont toutes le même but : faire disparaitre la dimension subversive de la culture, le rôle social de l’art. Les démocrates savent que ce silence est dangereux ; pour les socialistes, il est insoutenable. Il nous rappelle à nos combats fondateurs, ceux que nous avons menés et menons encore contre le fascisme, contre l’exploitation humaine, contre les inégalités et les communautarismes, contre l’oppression. Mais on oublie parfois que le silence commence là où des festivals s’arrêtent et où des théâtres ferment faute de financement public.
Face à cela, la gauche et les socialistes se doivent d’agir. Pour redonner de l’espoir et surtout parce que la culture est l’humus sur lequel se construit l’émancipation humaine : sans peuple cultivé et éduqué, pas de transformation sociale durable.

Ainsi, nous proposons à travers cette contribution de donner des axes de réflexions, des propositions afin de réarmer le projet culturel et démocratique de la gauche.

  1. La culture n’est pas une marchandise comme les autres

    La transformation de toute activité humaine en marchandise continue d’être le moteur principal de notre système économique. Comme pour d’autres domaines d’intérêt général, ces dernières années ont marqué une marchandisation galopante des pratiques culturelles, de grands groupes américains ont profité de la révolution technologique pour s’approprier les outils de distribution et donc de profits sur les œuvres. En France et en Europe, nombreuses ont été les tentatives de casser les échelles de valeur et de redistribution qui avaient été créées tout au long du 20ème siècle : la fameuse exception culturelle.

    De ce fait, la part de la valeur créée par la culture en France est désormais en baisse. Cette richesse a tendance à franchir l’Atlantique plutôt que de participer du système redistributif français. Si nous n’y prenons garde, à coup de contournements de la règlementation, de défiscalisation et de pression au niveau de l’Europe, Amazon, Google et Apple auront bientôt mis en pièce notre exception culturelle. En 2003, le « PIB culturel » était à 3.5%, il est aujourd’hui de 3.2% pour 57.8 milliards d’€. Les baisses de budget n’expliquent pas tous, une partie de cette richesse a traversé l’Atlantique. L’investissement que nous mettons dans la culture produit naturellement une richesse financière que nous devons préserver tout autant, si ce n’est plus, qu’une précieuse diversité culturelle.

    Pour ce faire, quelques batailles ont été gagnées (comme sur le traité transatlantique) mais sur d’autres fronts, nous laissons faire comme si le marché était en mesure de réguler l’offre et la demande… Le discours de Fleur Pellerin, la Ministre de la culture, à l’occasion des 24ème Rencontres cinématographiques de Dijon en octobre 2014 est de ce point de vue inquiétant : le vocabulaire artistique, de création laisse place aux champs lexicaux du marché et de l’industrie, plus question d’œuvre mais de contenu. L’enjeu deviendrait la rareté de la disponibilité d’attention. Pire, dans ce discours, la puissance publique n’y est plus décrite comme organisatrice ou régulatrice de la filière culturelle, mais comme un agent économique comme un autre…

    Nous pensons au contraire qu’il faut affirmer le besoin de redynamiser les politiques d’intervention publiques dans le domaine des arts et de la culture. Elles reposent sur trois principes : un financement public, des mécanismes de régulation du marché et des outils de partage de la valeur. C’est fort de ces principes qu’il nous faut inventer un nouveau modèle pour les politiques culturelles.

  2. Réhabiliter le commun, la responsabilité sociale et la coopération dans le champ culturel

    En plus de la protection des œuvres et des artistes, c’est la nature même de ce que nous appelons culture qu’il faut donc défendre en revendiquant que l’art et la culture pour nous ne se réduisent pas à la seule fonction divertissante. Ils disposent au contraire d’un rôle social, émancipateur, produisant un espace de création, de critique, d’éducation, de partage entre les êtres humains.

    S’opposer à la marchandisation de la culture implique d’envisager le fait culturel comme un élément producteur de commun et donc de République. Si, au lieu de se poser la question de l’ouverture des commerces et des supermarchés le dimanche, nous nous posions la question de l’ouverture des bibliothèques, des musées le dimanche ou le soir, ne remettrions-nous pas le service public comme une solution, comme un espace à partager ?

    Nos vies professionnelles comme familiales souffrent de trop de performance et de rentabilité. Générer des espaces pour créer et être en relation, c’est une mission qui relève d’une société démocratique et laïque. Si l’œuvre permet de construire un lien entre passé, présent et futur, d’installer la société humaine dans la permanence (comme disait Hannah Arendt), la pratique artistique porte aussi ses valeurs socialisatrices et émancipatrices. La séparation qui s’est trop souvent opérée entre œuvre d’art et pratique artistique s’est doublée d’une opposition entre professionnel et amateur. Il n’y a pas d’opposition, il y a des complémentarités à trouver, à construire, à porter.

    Cela implique sans doute de questionner à de nombreux endroits la relation entretenue avec les habitants et les acteurs culturels en créant de nouveaux espaces d’échanges et de confrontation. La question de la relation entre les initiatives culturelles et les populations ne peut plus se satisfaire de voir l’augmentation de l’offre profiter à certaines catégories sociales ou générations. Nous devons non pas simplement ouvrir les portes, mais faire sauter les préjugés sur les catégories de population autant que sur les institutions culturelles, donner une place à toutes les expressions culturelles, celles issues des langues et cultures régionales comme celles issues de l’ailleurs ou de la contemporanéité.

  3. Restaurer une ambition démocratique pour la culture qui ne se cantonne pas à la démocratisation

    Il faut se parler et s’écouter pour se comprendre. Créer du commun implique d’élaborer plus largement les politiques publiques dans la transversalité mais aussi de mettre en relation des mondes sociaux qui interviennent dans la culture et ont été artificiellement cloisonnés. Co-construire ces politiques en transversalité et dans l’association des acteurs et des élus notamment aux travers de conférences territoriales, soutenir et réinventer les réseaux professionnels, donner une place à la parole des usagers : voilà qui permettra de sortir des routines professionnelles et administratives, de faire que les questions artistiques ne se restreignent pas à un univers d’experts et de renouveler les pratiques sans pour autant assujettir le secteur culturel aux seules problématiques sociales.

    Pour cela, nous avons besoin d’artistes et de médiateurs partout ; c’est là une priorité à fixer notamment dans la coopération entre les collectivités et l’Etat. Et de ce point de vue, la baisse des budgets publics a eu des conséquences plus fortes sur les territoires où la présence de l’art et de la culture est plus fragile (banlieue, territoires ruraux…).

    L’éducation artistique et culturelle n’a par ailleurs pas trouvé le souffle qu’avait permis par exemple le plan Tasca-Lang ; il est impératif de donner une place forte aux pratiques culturelles dans la réforme des rythmes scolaires en positionnant les services publics (bibliothèques, conservatoires…) comme les associations et lieux culturels. Pour pouvoir mieux agir, il faut aussi prendre en compte la montée en puissance de l’intercommunalité comme un enjeu déterminant dans la capacité à constituer des projets culturels sur des échelles territoriales nouvelles et plus adaptées aux espaces de vie, ce qui implique un accompagnement des Départements et des Régions. De même, les métropoles constituent une opportunité tant pour que des politiques culturelles spécifiques puissent être menées dans les quartiers (reconsidérant la culture comme un élément de politique de la ville) que pour que des complémentarités puissent être constituées avec des territoires périurbains et ruraux.

    Promouvoir la diversité des expressions passe aussi par la diversité des personnes qui les font. Comme les deux Ministres de la Culture de gauche l’ont initié, la puissance publique doit donner l’exemple de cette représentativité aux postes clefs des institutions culturelles et des productions aidées. La marge de progression est large pour une féminisation, mais aussi pour une présence plus visible à des rôles ou des postes importants des personnes issues de l’immigration, même de la 2è, 3è et maintenant de la 4è génération. Démonter les préjugés culturels émaillant notre société permettra à chacun de faire des choix éclairés et non dirigés.

  4. Mieux repartir la richesse dans les filières culturelles.

    En 2003, le « PIB culturel » est, selon le MCC de 3.2% pour 57.8 milliards d’€. Les richesses y sont de plus en plus mal reparties et la concentration des moyens économiques est à l’œuvre.

    Ainsi dans le cinéma, les salaires des quelques vedettes s’envolent et le CNC essaye tant bien que mal de réguler les budgets. Il en va de même dans la musique où le récent rapport de Christian PHELINE montre un secteur dénué de transparence, où faute d’autorégulation, notamment de la part des maisons de disques, les profits ont tendance à se concentrer entre quelques mains au profit du plus grands nombre et au détriment des artistes.

    Il est urgent de répartir autrement la valeur dans la filière en modifiant les clefs de répartition de l’argent public (priorité à l’emploi et l’éducation artistique, à la transmission…), mais surtout en mettant en place des mécanismes de transparence, de meilleures gestions collectives afin de garantir la diversité artistique.

    Gardons-nous que cela ne finisse comme dans le football, où, après l’arrêt Bosman et une coupe du monde remportée à la maison, on a connu une inflation délirante des salaires d’une minorité de footballeurs, des exilés fiscaux et une crise dans le football français.

    Les travailleurs de la culture sont aussi des travailleurs à protéger.

    Le régime de l’intermittence du spectacle n’est pas un statut d’artiste. C’est la possibilité pour les salariés du spectacle (artistes ou techniciens) de participer à la solidarité nationale des travailleurs en cotisant, puis le cas échéant, en bénéficiant de l’assurance chômage.

    Depuis 2003, la vie des intermittents du spectacle travaillant dans des petites structures s’est grandement précarisée. Après la forte mobilisation de l’an passé, les intermittents commencent à être entendu après que le Premier Ministre ait promis d’entériner par la loi ces deux annexes que le MEDEF tente de faire disparaître à chaque négociation UNEDIC. La loi sur la création artistique doit être l’occasion d’un débat plus global sur les statuts des créateurs en confortant notamment les conditions de rémunération des auteurs et artistes plasticiens dont les activités ne sont que partiellement prises en charge par les lieux de diffusion.

    Par ailleurs, le droit d’auteur est encore bien souvent mis à mal (des plateformes de partage sur internet au non-paiement ou non rétribution malgré le paiement de ces droits…) Nous devons le renforcer et le rendre plus simple d’accès pour les artistes et créateurs.

    Il est certain que pas à pas s’est dessinée une culture à deux vitesses avec d’une part des groupes de l’industrie du spectacle cotées en bourse et de l’autre des artistes dont le travail et l’emploi reposent sur des structures associatives. Il ne faudrait pas croire que sous prétexte d’une forte valeur sociale, le travailleur culturel n’ait pas à avoir un revenu décent pour une vie décente. Ces emplois qui font la culture de proximité (donc sont ceux qui traversent nos politiques culturelles locales, comme l’éducation artistique et culturelle, les festivals estivaux etc…) ont besoin de systèmes inventifs quant aux modèles économiques qui les supportent. Des groupements d’employeurs aux coopératives, de l’apprentissage à l’entreprenariat social, des sociétés de redistribution de taxe parafiscale aux fonds d’aides à l’emploi (comme celui sur les cafés cultures)… les initiatives se développent pour accompagner différemment les métiers de la culture.

    Le monde de la culture ne demande qu’à nous (re)montrer la voie de la coopération et du partage, souvent mis à mal par nos propres politiques pour des questions de champs de compétences ou de territoires. Sachons les écouter. Souvent, ils utilisent ce principe de Fraternité inscrit dans notre devise.

  5. Faire de la révolution technologique une opportunité et non un problème

    Les activités culturelles sont prises dans le maelström de l’évolution des technologies de création et de diffusion de l’art. De la même manière que l’invention de l’imprimerie ou celle de la photo et du cinéma, de la télévision et de la radio, ont bouleversé le mode de diffusion de la pensée entre les êtres humains, internet et la dématérialisation des supports ont modifié le statut des œuvres et des artistes. Leurs effets sont complexes : ils ont accentué l’individualisation des pratiques culturelles et la concentration économique de l’offre. L’accumulation des écrans n’a pas tué les salles de cinéma ou de concerts, ou même les musées ; il arrive même parfois que « plus on surfe, plus on sort ! ». Il n’y a pas à être pour ou contre les révolutions industrielles, mais il faut les accompagner. C’est donc dès l’école que cela se joue, c’est aussi dans les missions de service public confiées aux télévisions et radios.

    En 2013, la mission Lescure avait essayé et réussi le périlleux exercice d’équilibre proposant de (ré)concilier les droits des créateurs et les droits des publics, sans pour autant tomber dans l’écueil de l’immobilisme. Il proposait notamment de rapprocher les revenus de la culture aux systèmes actuels de dématérialisation des supports. En effet, il est plus simple de taxer les pratiques de transferts d’œuvres actuelles (la possibilité de téléchargement) que d’interdire ces pratiques. A travers sa fameuse contribution sur les tablettes, il proposait de faire remonter de la valeur dans la chaîne de production de la culture, redynamisant par la même les principes redistributifs de celle-ci. Enfin, ce rapport se proposait de développer les licences sous creative commun afin de travailler sur la construction d’un véritable domaine public sur le net.

    Ce rapport n’a malheureusement pas été suivi d’effet et quasiment aucune mesure n’en a été traduite ne terme de loi ou de règlementation.

    Il est pourtant nécessaire, en matière de politique culturelle, de ne pas aller contre la modernité, mais de l’accompagner.

  6. Pour un nouveau Federal One

    Lorsque dans les années 30, le Président des Etats-Unis mit en place des politiques volontaristes pour sortir son pays de la crise, il ne se contenta pas d’une politique de relance économique. Il lança aussi un vaste plan pour la vie culturelle de son pays : le Federal One. L’idée était de remettre une grande nation sur pieds, après avoir été projetée contre le mur de la finance qui s’écroule, pour retrouver un dessein commun.

    70 ans plus tard, alors que notre pays connait une crise économique dont elle ne voit pas l’issue, et que vient guetter comme souvent la crise morale et citoyenne : lançons un Federal One en France et en Europe !

Celui-ci pourrait s’articuler autour de 10 points d’urgence.

AGIR.

  1. Augmenter la part de la richesse créée que l’on consacre à la culture, aux niveaux national et local, en revenant au 1 % du budget consacré au ministère de la culture et en garantissant aux collectivités territoriales les marges d’action nécessaires. Augmenter le budget que l’Europe consacre à la culture.
  2. Ouvrir une réflexion large sur le statut de l’artiste et adopter, enfin, une réforme efficace et juste du régime de l’intermittence, sur la base des propositions du comité de suivi.
  3. Faire de la réforme territoriale une chance pour la culture en préservant la clause de compétence générale et les moyens donnés aux collectivités. Et instaurer des conférences territoriales de la culture rassemblant élus, citoyens, professionnels de la culture, qui permettront d’impulser des projets de coopération culturelle sur les territoires.
  4. Faire de l’éducation artistique et culturelle un chantier prioritaire des ministères de l’éducation nationale et de la culture, doté de véritables moyens et pensé en cohérence avec la réforme des rythmes scolaires. Et pour inciter les artistes à intervenir dans les écoles, les rémunérer sur la base de cachets artistiques.
  5. Inventer de nouvelles formes de diffusion sur les territoires où manquent les équipements culturels, afin de garantir l’accès de tous au service public de la culture, notamment en travaillant avec les équipes artistiques sur des temps longs et en utilisant les ressources du numérique.
  6. Faire de la responsabilité sociale dans le champ culturel, un objectif partagé par tous avec comme condition donnée aux moyens et aux missions de service public des critères d’évaluations renouvelés qui prennent en compte les réalités locales, la participation des habitants et des partenaires éducatifs, sociaux et économiques…
  7. Proposer au niveau local et national de nouvelles organisations économiques des activités culturelles (avec les groupements d’employeurs, avec l’entrepreneuriat social et coopératif…) et promouvoir les réseaux interprofessionnels aux échelons locaux et nationaux.
  8. Construire l’Europe de la culture en y relevant le défi du numérique, par une stratégie européenne de diffusion et de protection des œuvres et des auteurs, pour lutter contre l’agressivité des multinationales nord-américaines.
  9. Engager une réforme en profondeur de l’audiovisuel français, en conditionnant les aides publiques, et en investissant dans la création par des contributions nouvelles, comme celle des services communautaires du Web ou une taxe sur les appareils connectés.
  10. Soutenir l’ouverture sur le monde en redonnant corps aux coopérations culturelles internationales, notamment à partir du réseau des alliances et des instituts français, et en inventant de nouveaux outils pour promouvoir la francophonie.

 

Signataires:

Frédéric Hocquard, Conseiller de Paris délégué, Conseil National-75 ; Nicolas Cardou, 44 ; Charlotte Picard, 57 ; Martine Chantecaille, Conseil National-85 ; Yan Rutili, 57 ; Jérôme Impelizzeri, 77; Mathieu Bourgasser, 59 ; Fanelie Carrey-Conte, Député, 75 ; Catherine Petit, Massy-91 ; Libia Acero-Borbon, Conseil National-75 ; Maya Akkari, Conseil National-75 ; Tania Assouline, Bureau National-93 ; Jacques Aubert, SF culture, 93 ; Jean-Paul Bazin, 94 ; Sandrine Bernard, Conseil National-94 ; Jean-Paul Bessieres, 75 ; Caroline Boide, 75 ; Sylvie-Bobette Levesque, section culture ; Corine Bord, VP Région ile de France, Conseil National-93 ; Delphine Cammal, 92 ; Claudine Cartier, 60 ; Philippe Casier, Conseil National-80 ; David Cayla, Conseil National-49 ; Anne-Claire Cossec, SF culture 78 ; Christian Dailly, 75 ; Stéphane Delpeyrat, Conseil National, 40 ; Rémi Demersseman-Pradel, Bureau National, 31 ; Marie Bathilde Denis, 14 ; Olivier Desbordes, candidat PS pour le canton de Saint-Céré, 46 ; Gérald Elbaze, Conseil National, 33 ; Philippe Estivales, 75 ; Frédéric Faravel, BNA-95 ; Nelly Fessaud, Conseil National (supp.),75 ; Romain Fohr, 94 ; Audrey Fournier, 75 ; Odile Gaillard, 91 ; Laura Gandolfi, ST culture égalité-69 ; Nicolas Gatineau, SF-92 ; Emmanuel Gaudin, 44 ; Evelyne Gautier Le Bail, SF, 35 ; Anne Gérard, VP Grand Poitiers, Conseil National, 86 ; Pascale Gérard ; Brice Giacalone, Conseil National, 14 ; Alain Gralepois, VP culture Region Pays de la Loire-44 ; Claire Granié, 75 ; Philippe Harquet, Conseil National-59 ; Razerka Lavant, 75 ; Sara Horchani, 21 ; Adeline Lamberbourg, 57 ; Dominique Lamy, 57 ; Chloé Le Bail, VP Région Pays de la Loire, 44 ; Sébastien Lombard, 65 ; Juliette Mant, Maire-Adjointe Culture Arcueil, 94 ; Pascale Massicot, 58 ; Bertrand Masson, 1er fédéral PS, Conseiller régional de Lorraine, délégué à la Culture-54 ; Thierry Pappo, délégué fédéral culture-41 ; Patricia Phillippe, 75 ; Simon Pouret, Maire-Adjointe de Clermont-Ferrand, 63 ; Mathieu Pouydesseau, FFE ; Pierre Raterron, PSE ; Marie-josé Raymond Rossi, Conseil National, 75 ; Denis Robiliard, Député, 41 ; Thomas Scuderi, Adjoint au maire Metz, 57 ; Nicolas Soret, 1er fédéral, 89 ; Bruno Tackels, 75 ; Denis Tallédec, 44 ; Christine Tison, 57 ; Roger Tropéano, BF, 92

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.